Les réflexes du visage

La communication, qu’elle soit orale, écrite, lue, exprimée par un visage, par le langage du corps ou le langage sous toute autre forme, est un paramètre important dans ce qui nous définit en tant qu’être humain. La capacité de communiquer nos pensées, nos sentiments ou nos désirs est essentielle pour interagir avec les autres.

Le développement du langage et le fait de pouvoir nous exprimer clairement de façon intelligible sont importants pour être bien intégrés dans le monde où nous vivons. Les retards de langage et les difficultés d’articulation génèrent souvent des stress émotionnels et sociaux difficiles à gérer pour les enfants et leurs familles. Ces problèmes de développement du langage sont liés à un développement inefficace des réflexes primitifs et/ou à leur rémanence.

 

Les réflexes

De nombreux réflexes ont un impact sur le développement du langage. Le réflexe de Babkin, le réflexe palmaire, le réflexe plantaire, les réflexes des points cardinaux et de succion.
Le réflexe tonique labyrinthique (RTL), le réflexe de Moro, le réflexe tonique symétrique du cou (RTSC), le réflexe tonique asymétrique du cou (RTAC) sont également primordiaux. Le développement oculomoteur joue un rôle important dans l’aspect visuel du lien et de l’attachement et résulte d’une bonne intégration de tous ces réflexes.

Dans cette formation, nous allons aborder, d’une part, la réaction du réflexe palmaire et sa relation avec les autres réflexes qui ont une incidence sur le langage et, d’autre part, la façon dont les réflexes se combinent pour aboutir à la réaction globale du Babkin, si important pour le développement du lien de l’attachement.

L’intégration des réflexes liés au visage, à la langue, aux mâchoires, aux os du crâne, au palais et aux autres parties de la tête et du cou est d’une importance vitale dans le développement de nos émotions et la façon dont nous nous connectons au monde qui nous entoure. Lorsque l’intégration de ces réflexes n’est pas suffisante, de nombreux problèmes peuvent apparaître.

 

Exemples

  • retards langagiers
  • mauvaise articulation
  • difficultés à avaler
  • baver et/ou saliver
  • difficultés pour mâcher
  • se mordre la joue/la langue en mangeant
  • positions anormales de la langue
  • difficultés pour têter
  • mouvements de la bouche en écrivant
  • motricité fine déficiente
  • maladresse
  • difficultés à se faire des amis
  • envahit l’espace personnel
  • est distant
  • veut toujours s’allonger
  • déménage souvent
  • addictions diverses.


Cette formation aborde les effets à long terme de la rémanence de ces réflexes, en mettant l’accent sur l’aspect émotionnel. Si notre capacité à établir des relations ne se développe pas correctement, cela peut devenir un réel problème d’établir des liens durables de qualité tout au long de notre vie.

Lorsqu'un enfant fait très tôt l'expérience d'une relation affective positive, il apprend ce qu'est l'amour, il apprend à l’intégrer à sa vie, et il en arrive à la conclusion qu'il est lui-même fondamentalement bon, et qu'il mérite d'être aimé. Sans cette expérience de l’amour dès le plus jeune âge et sans la possibilité d’interagir avec quelqu’un de façon sensible lorsque nous sommes bébés, nos cerveaux ne peuvent développer les connexions nécessaires à notre compréhension du tissu social, à la compréhension des codes qui sous-tendent les relations, et nécessaires aussi pour tirer de la force des plaisirs issus de saines relations physiques, de saines paroles et de saines activités ludiques.

 

Réflexes de la période orale-motrice liés au réflexe de Moro : déglutition, respiration, langage

Le réflexe de fouissement et le réflexe de succion

Ces deux réflexes apparaissent à 28 semaines in-utero et font partie des  réflexes d’agrippement (plantaire et palmaire) qui se développent en  même temps que les réflexes de retrait et de Moro. Ils correspondent aux  premiers mouvements du foetus dont le but est d’arriver à se nourrir. Se nourrir est la première «communication» entre le foetus, puis le nouveau né, et son environnement.

Les mouvements rythmiques naturels du bébé, essentiels à son développement, ont pour but l’intégration des réflexes primitifs, la mise en place du contrôle des mouvements de la tête et le développement du tonus musculaire. Ils sont la base des réflexes posturaux persistants toute la vie et sont essentiels au développement du réseau neural et à la myélinisation des axones des neurones.
Les réflexes qui ont un impact sur les mouvements faciaux, l’expression et la communication, sont également liés au groupe des réflexes d’agrippement. L’intégration des réflexes liés aux pieds et aux mains est importante à long terme pour les mouvements de la bouche, de la langue, des lèvres et de la mâchoire.

Le réflexe de succion est d'une importance fondamentale pour permettre le branchement nez-bouche.
Les enfants qui ont souvent la bouche ouverte ont souvent un réflexe de succion non intégré.
On peut voir une différence entre un sein et un biberon au niveau du placement des lèvres et de la langue. La stimulation des muscles du cou est aussi souvent insuffisante.

Les réflexes associés, à travers le Babkin, au fait de «s’agripper» et de «se cramponner», que nous étudions dans cette formation, y sont liés, dans le but d’intégrer la seconde partie du Moro. Si ces réflexes d’agrippement sont toujours actifs, il est très difficile d’intégrer totalement le Moro.
Si vous avez travaillé sur le Moro et que celui-ci ne semble pas s’intégrer facilement, il peut être utile de travailler en même temps sur un ou plusieurs autres réflexes qui lui sont liés, de façon à se débarrasser de ce besoin de se «raccrocher à» pour se sentir en sécurité.  
        

Contenu de la formation

Les techniques utilisées pour travailler les réflexes associés aux réflexes du visage:

Massage du visage, des mâchoires, du palais et de la langue. C’est une combinaison de plusieurs techniques issues de la Thérapie cranio-sacrée, de techniques posturales, de la technique du RESET (Technique énergétique de Rafferty pour atténuer les tensions de l’articulation temporo-mandibulaire), de Svetlana Masgutova et du Docteur Zékri, neurologue.
En plus des mouvements rythmiques et des pressions isométriques, on utilise des jeux et des activités motrices, ainsi que des affirmations associées aux réflexes.